Les médiathèques ont commémoré la Grande Guerre


« C’est dans quel film ça ? » demande Antoine, 12 ans, en découvrant les costumes des Poilus exposés à la Médiathèque JS Pons à Ille sur Têt. La question amuse autant qu’elle interpelle. Elle témoigne surtout de la nécessité de transmettre aux jeunes générations la conscience de ces évènements qui font l’Histoire. Un devoir de mémoire que les médiathèques de Roussillon Conflent ont choisi de partager sur un cycle d’animations. Trois évènements pour commémorer la Grande Guerre, trois actions essentielles « pour que la mémoire demeure».

Jean Dauriach donne le ton

« 1914-1916, hommes mobilisés, soldats en guerre ». C’est le thème de la conférence donnée par Jean Dauriach à la médiathèque de Corbère. Un premier rendez-vous durant lequel le journaliste, auteur et conférencier évoque le conflit, sur le front comme à l’arrière, à Perpignan et dans les Pyrénées Orientales. A partir de documents inédits, il retrace l’histoire d’hommes et de femmes, acteurs bien malgré eux d’un épisode tragique de notre histoire. « C’est poignant témoigne Henri, instituteur à la retraite et spectateur attentif. A travers les correspondances des soldats avec leur famille et les documents d’archives, on comprend mieux ce qu’ont vécu nos anciens ».

Une exposition « comme si vous y étiez »

Deuxième acte à la médiathèque JS Pons à Ille sur Têt : l’exposition « Pour que la mémoire demeure » regroupe une collection unique de documents d’époque, d’objets du quotidien des tranchées et d’uniformes de Poilus. « Autant de trésors qui nous replongent dans le quotidien de la guerre explique Béatrice Tombu, responsable de la médiathèque, et qui permettent au public, et notamment aux plus jeunes de se représenter ce qu’ont réellement vécu leurs aïeux ». L’occasion pour Antoine et ses camarades de réaliser que cela n’arrive pas que dans les films… Pour aller plus loin, l’équipe de la médiathèque avait également prévu des fiches explicatives, un quizz ainsi qu’une sélection de BD, romans et documentaires.

Puis tout se termine en chanson

Troisième et dernier acte, tout en poésie et en chanson. Coko et Danito dépoussièrent, orchestrent, arrangent et interprètent 14 chansons sur la « guerre de 14 ». 14 « cris de poilus » dénichés à la Bibliothèque Nationale de France qui embarquèrent le public venu nombreux pour un voyage plein de fantaisie et de sens. « Sous les traits de l’humour et de la dérision, ces deux artistes arrivent à faire passer des messages forts sur l’absurdité, la violence, le déracinement liés à la guerre » reprend Béatrice Tombu. Un coup de maître en point d’orgues de ce cycle sur la 1ère Guerre Mondiale.

Devant le succès rencontré, les équipes de Roussillon Conflent travaillent déjà sur de nouveaux projets. « Parce que l’éveil des consciences, la transmission des savoirs, le devoir de mémoire sont au cœur du projet culturel porté par Roussillon Conflent. Parce qu’il est essentiel que les jeunes générations s’approprient cette histoire pour ne pas répéter les mêmes erreurs » conclut Béatrice Tombu. Ne dit-on pas que l’avenir a une excellente mémoire…